Qu’est-ce qu’une nation ? par Ernest Renan

Qu’est-ce qu’une nation ? par Ernest Renan

Titre de livre: Qu’est-ce qu’une nation ?

Auteur: Ernest Renan

Broché: 23 pages

Date de sortie: October 3, 2015

Qu’est-ce qu’une nation ? par Ernest Renan est disponible au téléchargement en format PDF et EPUB. Ici, vous pouvez accéder à des millions de livres. Tous les livres disponibles pour lire en ligne et télécharger sans avoir à payer plus.

Ernest Renan avec Qu’est-ce qu’une nation ?

Qu'est-ce qu'une nation ? est une conférence donnée par Ernest Renan (1823-1892) en Sorbonne en 1882. Ce discours reste, avec La Vie de Jésus, le texte le plus connu de Renan. Il apparaît aujourd'hui comme le testament politique de ce maître à penser de la IIIe République, académicien et titulaire de la chaire d'hébreu du Collège de France.

Résumé :
S’exprimant peut après la défaite de 1870 et de la perte de l’Alsace Lorraine, l'auteur formule l’idée qu’une nation repose à la fois sur un héritage passé, qu’il s’agit d’honorer, et sur la volonté présente de le perpétuer. Il est l’origine du courant dit “français” de la vision de na nation, qui s’oppose au courant allemand, pour lequel la nation doit être issue de la race.
La nation est-elle simplement composée de membres qui auraient une origine unique ? Les nations sont-elles éternelles ? Ernest Renan a donné à ces questions des réponses originales devenues célèbres.

Extrait :
"À entendre certains théoriciens politiques, une nation est avant tout une dynastie, représentant une ancienne conquête, conquête acceptée d’abord, puis oubliée par la masse du peuple. Selon les politiques dont je parle, le groupement de provinces effectué par une dynastie, par ses guerres, par ses mariages, par ses traités, finit avec la dynastie qui l’a formé. Il est très vrai que la plupart des nations modernes ont été faites par une famille d’origine féodale, qui a contracté mariage avec le sol et qui a été en quelque sorte un noyau de centralisation. Les limites de la France en 1789 n’avaient rien de naturel ni de nécessaire. La large zone que la maison capétienne avait ajoutée à l’étroite lisière du traité de Verdun fut bien l’acquisition personnelle de cette maison. À l’époque où furent faites les annexions, on n’avait l’idée ni des limites naturelles, ni du droit des nations, ni de la volonté des provinces. La réunion de l’Angleterre, de l’Irlande et de l’Écosse fut de même un fait dynastique. L’Italie n’a tardé si longtemps à être une nation que parce que, parmi ses nombreuses maisons régnantes, aucune, avant notre siècle, ne se fit le centre de l’unité. Chose étrange, c’est à l’obscure île de Sardaigne, terre à peine italienne, qu’elle a pris un titre royal. La Hollande, qui s’est créée elle-même, par un acte d’héroïque résolution, a néanmoins contracté un mariage intime avec la maison d’Orange, et elle courrait de vrais dangers le jour où cette union serait compromise.
Une telle loi, cependant, est-elle absolue ?"

Une table des matières dynamique permet d'accéder directement aux différents chapitres pour faciliter la lecture de l'ouvrage.